Nommer, Penser, Inscrire la création dans l’histoire

POSTER_Création Genre Histoire copy

JOURNÉES D’ÉTUDES, 26-27 OCT 2012

Programme

Ces journées d’études, organisées par Elizabeth Claire, Catherine Deutsch, Raphaëlle Doyon et Vannina Olivesi, ont lancé une série de manifestations scientifiques sur le genre et l’histoire des arts vivants. Parties du constat que les arts vivants (danse, musique, théâtre) n’avaient pas bénéficié, en France, de la même ouverture à l’histoire des femmes, aux théories féministes et aux études de genre que d’autres disciplines artistiques (littérature, histoire de l’art et cinéma, notamment), nous avons souhaité instaurer un tel dialogue en organisant plusieurs événements à portée nationale, européenne et internationale. Les journées d’études intitulées d’octobre 2012, « Nommer, penser, inscrire la création dans l’histoire : les arts vivants au prisme du genre », qui ont constitué la première étape de ce projet, ont réuni une quinzaine de chercheur.e.s européen.ne.s (France, Italie, Allemagne, Irelande). Elles ont soulevée une série de questions d’ordre lexicologique (« nommer »), normatif et prescriptif (« penser »), mémoriel et historiographique (« inscrire ») que l’on peut ainsi synthétiser :

– Le constat de l’invisibilité des femmes dans la création qui pose aux historiens le problème des sources (M. Surel Tupin, P. Veroli, Sarah McCleave) et de l’assignation des artistes féminines à des rôles de genre (Muriel Plana, « créer est une arrogance »). Ce constat recoupe les assignations déjà observées dans les autres arts, tels la littérature ou la peinture : aux hommes la rationalité, la force, le savoir, l’intellect, la production de valeurs et d’énergie (Y. Hardt), tandis que les femmes sont placées du côté de la nature, du sentiment, de la beauté (Patrizia Veroli).

– Cette assignation, inscrite dans le langage (Aurore Evain), produit une division du travail, une hiérarchie des emplois dans les entreprises de spectacle où les femmes sont massivement employées en qualité d’actrices alors que les postes les plus qualifiés, impliquant l’exercice du pouvoir demeurent détenus dans les mains des hommes (Florence Launay et A.-F. Benhamou).

– Des communications ont montré combien les femmes ont intériorisé ces normes sociales, au point qu’elles refusent ou hésitent à revendiquer leur statut d’artiste ou de compositrice (par ex., cas de la danseuse Clotilde von Terp étudié par Patrizia Veroli).

– Les débats ont mis l’accent sur la résistance des femmes à ces normes et les stratégies qu’elles mettent en place : le cas de la danseuse Françoise Prévost (Marina Nordera), de Marie de Romieu ou de Marie de Gournay (Aurore Evain) ; Fabien Guillou a montré que la stricte séparation des tâches entre créateur et interprète est une construction historique qui ne résiste pas à l’analyse des pratiques.

– Les débats ont permis de tracer des pistes de réflexion : quel est l’état des connaissances sur la formation professionnelle des femmes artistes dans les arts vivants ? (Mouna Belghali) ; si le féminisme dans les arts vivants demeure « une mauvaise carte de visite » (M. Surel Tupin) comment sensibiliser les jeunes artistes et chercheuses aux questions de genre ? (Marina Nordera) ; l’importance d’articuler le genre compris comme rapports sociaux de sexe et le genre dramatique des œuvres étudiées (M. Plana) ; comment faire en sorte que le genre, dans la pratique et la recherche sur les arts vivants, garde sa dimension critique et ne se limite pas à un simple label (Isabelle Launay) étant entendu qu’il devient une stratégie commerciale pour produire des spectacles.

Ces questionnements ont été poursuivis au sein d’un séminaire, ouvert en janvier 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, qui a attiré de nombreux étudiant.e.s et chercheur.e.s de France et de l’étranger. À la suite de ces deux manifestations, nous avons organisé un colloque international « Genre et création dans l’histoire des arts vivants », qui aura lieu en décembre 2013 et qui réunirait une quarantaine de chercheur.e.s venant de pays diverses (Grande Bretagne, Etats-Unis, Allemagne, Danemark, Italie, Argentine, Espagne, Japon). Les années 2014-2015 verront la publication d’une anthologie critique sur l’histoire des arts vivants et d’un ouvrage collectif issu des travaux présentés lors des journées d’études, du séminaire et du colloque international.

Lors des journées d’études d’octobre 2012, ont émergé un certain nombre de questionnements, inhérents au caractère à la fois éphémère et incarné/embodied des arts vivants : le geste artistique, l’éducation corporelle et la transmission des pratiques ; les rapports entre normes artistiques et normes de genre ; l’articulation entre création, interprétation et direction ; la rencontre entre les pratiques artistiques des femmes et leur vie spirituelle, religieuse, mais aussi militante et féministe ; l’interrogation des traces et des lacunes dans les sources et les mémoires. Enfin, nous poserons la question du genre dans la construction de l’histoire de la danse, de la musicologie, et des études théâtrales, en portant ainsi un regard réflexif et analytique sur nos disciplines et sur l’historiographie existante. Il s’agira de montrer en quoi les études de genre servent à interroger l’histoire des arts vivants et inversement, comment l’écriture d’une histoire genrée des arts vivants nous incite à repenser l’histoire du genre elle-même.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *