Revisiter l’historiographie de la danse et éclairer l’histoire du genre

961px-LolaHasCome_ca1852_byDClaypooleJohnston_LibraryOfCongress

Coordination : Hélène Marquié et Marina Nordera

Centre National de la Danse, 1 rue Victor Hugo, Pantin. Salle de conférence 1er étage (24 janvier), Salle d’étude 1er étage (25 janvier) et Studio 4.

Programme


Publié par

Elizabeth Claire

Elizabeth CLAIRE est historienne et chercheuse au CNRS, Centre de recherches historiques (CRH, UMR8558), et membre associé au Centre de recherches sur les Arts et le Langage (CRAL) ainsi que membre fondateur de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse (EHESS). Elle effectue actuellement une recherche historique concernant « L’éloquence du corps et l’articulation de l’âme : la circulation des savoirs médicaux et genrés sur l’imagination, la sensibilité́, et l’art de la danse (XVIIIe-XIXe) ». Avec les membres de l’Atelier d’histoire culturelle de la danse, elle co-anime depuis 2009, au sein de l’EHESS, le séminaire « Histoire culturelle de la danse » qui vise à promouvoir l’approche culturaliste dans les études en histoire de la danse. Avec ses collègues Catherine Deutsch (Univ. Paris-Sorbonne) et Raphaëlle Doyon (LabEx CAP), elle ouvre un séminaire sur l'histoire du genre dans les arts vivants à l'EHESS en 2013. Suite à sa soutenance de thèse au Département des Performance Studies à la New York University (2004), elle a été allocataire postdoctorale à la Maison des Sciences de l’Homme-Paris Nord (2005) pour un projet portant sur la performance et le féminisme au XXe siècle, puis allocataire postdoctorale de l’Institut Émilie du Châtelet (promotion 2006, dirigée par Georges Vigarello) pour un projet sur l’histoire de la valse et la santé des femmes au tournant des XVIIIe et XIXe siècles en Europe. Ses travaux portent sur le premier essor de la valse en Europe, à travers l’étude des discours médicaux et de la littérature féminine de la fin du XVIIIe siècle. Elle s’intéresse particulièrement aux implications socio-médicales de la valse sur le statut du corps et de l’imagination des femmes à l’époque. En collaboration avec Koen Vermeir du laboratoire du SPHERE, Béatrice Delaurenti (CRH-EHESS) et Roberto Poma (UPEC), elle monte un projet sur l’histoire de la force de l’imagination (XVIe-XVIIIe siècles). Parallèlement, elle organise des échanges universitaires franco-américains autour de la question de la création contemporaine en danse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *