Artistes femmes au musée ? Regards actuels

louvre-carrousel-femmes-artistes-940x250px

5 conférences à 19h à l’auditorium du Louvre du 24 janvier au 9 avril / Réservations : 01 40 20 55 00 ou en ligne

Cinq grandes personnalités de l’histoire de l’art sont réunies autour d’une question : comment approcher les quelques productions féminines dans les collections du musée ? Il propose un bilan, autour des collections du Louvre, et un renouvellement des études sur le genre des quarante dernières années.

– Vendredi 24 janvier / Par Griselda Pollock, University of Leeds

Le Musée à moitié vide : vision, invisibilité et inscription de la différence parmi les « vieilles maîtresses » de l’art

– Vendredi 14 février / Par Bettina Uppenkamp, Humboldt Universität, Berlin

Les « femmes fortes » dans le regard de femmes fortes. Une relecture critique de Judith et autres héroïnes de l’art Baroque.

– Mercredi 5 mars / Par Abigail Solomon-Godeau, Historienne de l’art, Paris

Constance Mayer : la mythologie, l’historiographie et le féminisme

– Vendredi 21 mars / Par Laura Auricchio, Parsons The New School for Design, New York

Adelaïde Labille-Guiard et le Louvre : échanges, exclusions, inscriptions

– Mercredi 9 avril / Par Susan Siegfried, University of Michigan, Ann Arbor

La création d’une identité imaginée dans la France postrévolutionnaire. Mode et idéal classique dans Etude de femme d’après nature de Marie-Denise Villers

En 1971, l’historienne de l’art américaine Linda Nochlin formulait dans la revue Artnews la célèbre critique : « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ? » Depuis lors, les institutions et collections patrimoniales se sont ponctuellement essayées à mettre en lumière des modèles féminins d’identification, questionnant les généalogies et filiations artistiques. L’année suivante, les conservatrices Elisabeth Broun et Ann Gabhart présentaient au Walters Art Museum de Baltimore « Old Mistresses : Women Artists of the Past ». En 1976, Linda Nochlin, réalisait à son tour, en collaboration avec Ann Sutherland, « Women Artists, 1550-1950 ». Ces deux expositions pionnières tentaient de cerner un héritage matériel et culturel spécifique. Non sans débats, elles ont contribué à instiguer une pratique historiographique dédiée à l’étude des œuvres de création féminine. Les Feminist Studies et les Women Studies se sont étendues au domaine des arts visuels, encourageant une critique interne des valeurs et des méthodes mêmes de l’histoire de l’art et pointant le conditionnement culturel qui a marqué l’histoire des collections et des politiques muséales. Dès les années 1990, le musée du Louvre s’était fait l’écho de ces débats en donnant une large place à l’histoire de l’art féministe dans le cycle de conférences « Où en est l’interprétation de l’œuvre d’art ? », publié en collaboration avec l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (1998-2000).

Quelle est aujourd’hui l’actualité de ce sujet ? Plusieurs expositions récentes indiquent une évolution de la culture muséale et invitent à reformuler l’attention portée à la production des artistes femmes au cours de la période 1600-1900 – qui reste la mieux étudiée avant le XXe siècle. Parmi elles, l’exposition « Royalists to Romantics : Women Artists from the Louvre, Versailles, and Other French National Collections » (Washington, National Museum of Women in the Arts, 2012) comporte plusieurs prêts importants du Louvre. En France, « Marie d’Orléans, 1813-1839 : Princesse et artiste romantique » (musée du Louvre, 2008), « Le ciseau et le pinceau. François et Sophie Rude, un couple d’artistes au XIXe siècle » (Dijon, musée des Beaux-Arts, 2012) et « Félicie de Fauveau. L’amazone de la sculpture » (Paris, musée d’Orsay 2013), ainsi qu’une importante rétrospective de l’œuvre d’Élisabeth Vigée-Lebrun en préparation (Paris, Grand Palais, 2015), témoignent du souci de faire progresser l’expertise et l’outillage critique sur des « femmes artistes du passé » encore peu représentées ou peu visibles dans les collections publiques.

Un grand nombre de questions demeurent ouvertes. Au gré du progrès des connaissances, elles touchent, tout d’abord, aux limites des approches monographiques et à l’effet de périmètres institutionnels dédiés. A l’heure d’une réflexion culturelle qui met aujourd’hui nouvellement en cause les échelles de valeurs héritées du musée encyclopédique, ces œuvres, parmi d’autres, bousculent par ailleurs la définition même du champ esthétique qui en est issue. En partenariat avec l’Institut national d’histoire de l’art et l’Université Paris Est Marne-La-Vallée, le présent cycle de conférences inaugure un projet de recherche à long terme qui invite à de nouveaux éclairages sur les collections du Louvre et leur histoire, témoins révélateurs des variations du goût et de la réception idéologique. Les cinq premières conférences, confiées à des personnalités de l’histoire de l’art féministe et post-féministe, remettent en discussion quelques-uns des termes clés de ce débat : les formes de la critique institutionnelle, la question du genre et de l’identification dans l’iconographie, la critique de l’historiographie à travers la typologie de la « vie d’artiste », l’histoire politique de la réception, enfin la construction complexe d’« imaginaires culturels » à travers une culture visuelle où concourent l’art, les comportements et les pratiques sociales. Ce programme, dont on présente ici le premier volet, a été conçu en parallèle au séminaire de recherche, « Qu’est-ce que les études de genre font à l’histoire de l’art ? », qui se tient parallèlement à l’Institut national d’histoire de l’art.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *