Parution de Ouverture féministe de Susan McClary, conférence à la Philharmonie le 7 mars 2015

Ouverture féministeÀ l’occasion de la paru­tion d’Ouver­ture fémi­niste de Susan McClary (tra­duit de l’anglais par Cathe­rine Deutsch et Sté­phane Roth) aux Edi­tions de la Phil­har­mo­nie de Paris, la Phil­har­mo­nie de Paris pro­pose une après-midi de confé­rences et débat autour du concept de “genre” en musique.

En voici le pro­gramme détaillé :

Les pro­ces­sus de com­po­si­tions, les struc­tures sonores, le geste ins­tru­men­tal, l’analyse ou la théo­rie musi­cale peuvent-ils revê­tir une iden­tité sexuelle ? Le concept de « genre », si com­plexe à démê­ler dans l’actualité, constitue-t-elle un fac­teur cri­tique ou une caté­go­rie d’analyse en musique ? Musi­co­logues, socio­logues et poli­to­logues confrontent leur point de vue, entre his­toire pro­fonde et pro­blé­ma­tique de société.

14h00-14h45

CONFÉRENCE

Diva ou tuba !

par David Christoffel

14h45-15h30

CONFÉRENCE

L’Ouverture fémi­niste de Susan McClary, ou le genre comme caté­go­rie utile de l’analyse musicale

par Cathe­rine Deutsch

16h00-17h15

TABLE RONDE

Ani­mée par David Christoffel

Avec la par­ti­ci­pa­tion de :

Cathe­rine Deutsch

Hya­cinthe Ravet

Juliette Rennes

Séminaire EHESS – Genre et création dans l’histoire des arts vivants

2eme vendredi du mois de 9 h à 12 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 9 janvier 2015 au 12 juin 2015.

Ce séminaire invite à une réflexion transdisciplinaire (danse, musique et théâtre) qui dépasse la simple reconnaissance de la contribution des femmes dans le domaine des arts vivants. Nous souhaitons questionner les historiographies et idéaux hérités du Romantisme qui ont construit la figure de l’artiste singulier investi de génie. Nous cherchons à comprendre comment l’encadrement institutionnel des artistes, en écartant la contribution des femmes, ont surdéterminé la reconnaissance et la valorisation de la création au masculin. L’étude des pratiques et des discours des créatrices et des créateurs qui transgressèrent les modèles normatifs de la création à chaque époque nous permettra également d’explorer comment celles-ci ont pensé et/ou construit historiquement des contre-exemples et des stratégies de résistance à ces modèles.

La périodisation de cet enseignement (XVIe-XXIe siècle) se veut assez large de manière à favoriser des analyses tant diachroniques que synchroniques. Une partie de ce séminaire sera consacré à la lecture de textes clés sur l’histoire des arts vivants et le genre, dans le cadre d’un projet d’anthologie critique codirigé par les enseignantes. Enfin, les étudiant-e-s seront tenus d’assister au colloque « Genre et création dans l’histoire. Arts vivants, art de vivre » du 12 au 14 décembre 2013.

Animé par :

• Elizabeth CLAIRE, chargée de recherche au CNRS

• Catherine DEUTSCH, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV)

• Raphaëlle DOYON, postdoctorante au LabEx CAP (CRAL-HiCSA)

 

Anthologie sur le genre et l’histoire des arts vivants (danse, musique, théâtre)

banner_crop.jpg

Au moment où les études de genre étasuniennes s’interrogent sur la pertinence du concept de « genre » à tel point répandu qu’il serait « devenu un label commode dont l’utilisation nous rassurait plutôt qu’elle ne nous dérangeait » , l’histoire du théâtre, la musicologie et les études sur la danse, en France, n’ont que très récemment utilisé cette catégorie d’analyse. Depuis les années 1980, des universitaires anglais-e-s et américain-e-s s’intéressent à l’écriture d’une histoire du genre dans le théâtre, la danse et la musique (Tracy Davis, Susan McClary, Suzanne Cusick, Marcia Citron, Shannon Jackson, Sue Ellen Case, Viv Gardner, Maggie Gale, Susan Manning, Amy Koritz, Felicia McCarren, Peggy Phelan, Sally Banes, Ann Daly, Ramsay Burt, Mark Franko, Susan Foster …).

La production de ces textes fondamentaux reste encore trop peu connue des chercheur-e-s, des praticien-ne-s, et des étudiant-e-s en France. Au-delà de la barrière de la langue, les quelques textes les plus radicaux ont pu servir de repoussoir auprès d’un public rétif aux études de genre. Aussi, il n’est pas étonnant de constater aujourd’hui que les étudiant-e-s et chercheur-e-s sont en réelle demande d’outils théoriques qui interrogent la spécificité genrée des arts vivants, son incarnation dans le geste, sa mise en discours et son inscription dans l’historiographie. Notre projet d’anthologie critique vise précisément à combler cette lacune. Cet ouvrage réunira des travaux produits au cours de plusieurs décennies, mettant en perspective certains textes fondateurs devenus aujourd’hui des objets historiographiques, avec des productions plus récentes qui continuent d’impulser de nouvelles dynamiques de recherche. Il s’agit bien d’une anthologie critique pour laquelle nous rédigerons une introduction réflexive et transversale. Cette synthèse permettra aux lecteurs et lectrices de se repérer dans les principaux courants historiographiques.

 

Huitièmes rencontres du CReIM : Du fémi­nin et du mas­cu­lin dans la théo­rie musicale

bandeau casulana

 

Mardi 18 février 2014, 14h-19h / Uni­ver­sité Paris-Sorbonne, Centre uni­ver­si­taire Cli­gnan­court, 2 rue Fran­cis de Crois­set, 75018 Paris (Métro Porte de Cli­gnan­court), Salle 418

Pré­si­dence de séance : Flo­rence Lau­nay (Darm­stadt, CReIM) et Ber­trand Porot (Uni­ver­sité Reims Champagne-Ardennes)

14h Accueil et introduction

14h15 Isa­belle Ragnard (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Par bécarre, par nature et par bémol ! Les hexa­cordes ont-ils un genre ? »

14h45 Cathe­rine Deutsch (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Ordre musi­cal, ordre sexué : la méta­phore du genre dans les débats sur la moder­nité musi­cale ita­lienne entre XVIe et XVIIe siècles »

15h15 Théo­dora Psy­choyou (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Féminin/masculin dans la théo­rie du XVIIe siècle en France »

15h45 Pause

16h Raphaëlle Legrand (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne) : « Et voilà pour­quoi le mode majeur est le “maître de l’harmonie” : Rameau et le sexage des modes et des degrés »

16h30 Alban Ramaut (Uni­ver­sité Jean Mon­net, Saint-Etienne) : « Du fémi­nin et du mas­cu­lin dans les écrits théo­riques d’Anton Reicha »

17h Flo­rence Lau­nay (Darm­stadt, CReIM) : « Féminin/masculin dans la théo­rie : état des lieux bibliographique »

17h30 Pause

17h45 Table ronde : « Femi­nine Endings de Susan McClary (1991) : Relec­tures »

Avec Este­ban Buch (EHESS), Cathe­rine Deutsch (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne), Flo­rence Lau­nay (Darm­stadt, CReIM), Raphaëlle Legrand (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne), Hya­cinthe Ravet (Uni­ver­sité Paris-Sorbonne)

Genre, Création & Histoire

Si depuis plusieurs décennies, en France, les différentes disciplines artistiques (littérature, histoire de l’art et cinéma, notamment) se sont considérablement ouvertes à l’histoire des femmes, aux théories féministes et aux études de genre, le dialogue transdisciplinaire entre l’histoire des arts vivants (théâtre, musique, danse) et les études de genre reste encore à établir. C’est là l’originalité et la spécificité de ce projet. C’est aussi la raison pour laquelle la périodisation, et les cadres géographiques et culturels du projet resteront larges. Nous souhaitons appuyer des initiatives de recherches, impulser des propositions, en évitant de restreindre un champ de recherche amené à s’épanouir dans des directions que les échanges viendront en partie circonscrire.

Étudier les actes de création à partir de la problématique du genre nous confronte à un certain nombre de paradoxes inhérents aux arts vivants et nous invite à répondre à certaines questions : quel rôle joue le corps genré dans l’interprétation ? Comment ce corps agit-il sur la définition de l’œuvre ? Comment gérer la complexité de la mémoire de l’événement et de sa création ? Que faire de la fugacité des œuvres, qualité vivante, éphémère, constitutive des arts vivants ? À partir de quelles traces éparses et polymorphes les reconstruire ? Dans quelle mesure les traces et les lacunes font-elles apparaître l’histoire genrée de ces arts ? Comment traiter la mémoire des créateurs et des créatrices qui encadrent leur propre patrimoine artistique dans des stratégies de censure ou d’auto-mythologie ? Ou encore, comment identifier les contextes et les groupes qui permettent l’émergence de génies singuliers ? La difficulté de nommer au féminin certaines fonctions (pour l’époque contemporaine : metteur en scène, chef d’orchestre, compositeur, etc.) ne relève-t-elle pas d’une division sexuée du travail de création qu’il convient d’interroger ? Enfin, comment la construction des identités de genre façonne et est modelée en retour par le contenu des œuvres et les techniques d’interprétation ?

Nous proposons trois axes de réflexion qui répondent au caractère éphémère des arts vivants et à la complexité temporelle de leurs traces. La première partie « Gestes et interprétation » se concentre sur le moment de l’action et de son incarnation ; la seconde « Fabrique de l’art et construction de soi » sur sa mise en discours et en normes ; la troisième « Transmission et héritages » sur son inscription dans le temps.

Nommer, Penser, Inscrire la création dans l’histoire

POSTER_Création Genre Histoire copy

JOURNÉES D’ÉTUDES, 26-27 OCT 2012

Programme

Ces journées d’études, organisées par Elizabeth Claire, Catherine Deutsch, Raphaëlle Doyon et Vannina Olivesi, ont lancé une série de manifestations scientifiques sur le genre et l’histoire des arts vivants. Parties du constat que les arts vivants (danse, musique, théâtre) n’avaient pas bénéficié, en France, de la même ouverture à l’histoire des femmes, aux théories féministes et aux études de genre que d’autres disciplines artistiques (littérature, histoire de l’art et cinéma, notamment), nous avons souhaité instaurer un tel dialogue en organisant plusieurs événements à portée nationale, européenne et internationale. Les journées d’études intitulées d’octobre 2012, « Nommer, penser, inscrire la création dans l’histoire : les arts vivants au prisme du genre », qui ont constitué la première étape de ce projet, ont réuni une quinzaine de chercheur.e.s européen.ne.s (France, Italie, Allemagne, Irelande). Elles ont soulevée une série de questions d’ordre lexicologique (« nommer »), normatif et prescriptif (« penser »), mémoriel et historiographique (« inscrire ») que l’on peut ainsi synthétiser :

– Le constat de l’invisibilité des femmes dans la création qui pose aux historiens le problème des sources (M. Surel Tupin, P. Veroli, Sarah McCleave) et de l’assignation des artistes féminines à des rôles de genre (Muriel Plana, « créer est une arrogance »). Ce constat recoupe les assignations déjà observées dans les autres arts, tels la littérature ou la peinture : aux hommes la rationalité, la force, le savoir, l’intellect, la production de valeurs et d’énergie (Y. Hardt), tandis que les femmes sont placées du côté de la nature, du sentiment, de la beauté (Patrizia Veroli).

– Cette assignation, inscrite dans le langage (Aurore Evain), produit une division du travail, une hiérarchie des emplois dans les entreprises de spectacle où les femmes sont massivement employées en qualité d’actrices alors que les postes les plus qualifiés, impliquant l’exercice du pouvoir demeurent détenus dans les mains des hommes (Florence Launay et A.-F. Benhamou).

– Des communications ont montré combien les femmes ont intériorisé ces normes sociales, au point qu’elles refusent ou hésitent à revendiquer leur statut d’artiste ou de compositrice (par ex., cas de la danseuse Clotilde von Terp étudié par Patrizia Veroli).

– Les débats ont mis l’accent sur la résistance des femmes à ces normes et les stratégies qu’elles mettent en place : le cas de la danseuse Françoise Prévost (Marina Nordera), de Marie de Romieu ou de Marie de Gournay (Aurore Evain) ; Fabien Guillou a montré que la stricte séparation des tâches entre créateur et interprète est une construction historique qui ne résiste pas à l’analyse des pratiques.

– Les débats ont permis de tracer des pistes de réflexion : quel est l’état des connaissances sur la formation professionnelle des femmes artistes dans les arts vivants ? (Mouna Belghali) ; si le féminisme dans les arts vivants demeure « une mauvaise carte de visite » (M. Surel Tupin) comment sensibiliser les jeunes artistes et chercheuses aux questions de genre ? (Marina Nordera) ; l’importance d’articuler le genre compris comme rapports sociaux de sexe et le genre dramatique des œuvres étudiées (M. Plana) ; comment faire en sorte que le genre, dans la pratique et la recherche sur les arts vivants, garde sa dimension critique et ne se limite pas à un simple label (Isabelle Launay) étant entendu qu’il devient une stratégie commerciale pour produire des spectacles.

Ces questionnements ont été poursuivis au sein d’un séminaire, ouvert en janvier 2013 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris, qui a attiré de nombreux étudiant.e.s et chercheur.e.s de France et de l’étranger. À la suite de ces deux manifestations, nous avons organisé un colloque international « Genre et création dans l’histoire des arts vivants », qui aura lieu en décembre 2013 et qui réunirait une quarantaine de chercheur.e.s venant de pays diverses (Grande Bretagne, Etats-Unis, Allemagne, Danemark, Italie, Argentine, Espagne, Japon). Les années 2014-2015 verront la publication d’une anthologie critique sur l’histoire des arts vivants et d’un ouvrage collectif issu des travaux présentés lors des journées d’études, du séminaire et du colloque international.

Lors des journées d’études d’octobre 2012, ont émergé un certain nombre de questionnements, inhérents au caractère à la fois éphémère et incarné/embodied des arts vivants : le geste artistique, l’éducation corporelle et la transmission des pratiques ; les rapports entre normes artistiques et normes de genre ; l’articulation entre création, interprétation et direction ; la rencontre entre les pratiques artistiques des femmes et leur vie spirituelle, religieuse, mais aussi militante et féministe ; l’interrogation des traces et des lacunes dans les sources et les mémoires. Enfin, nous poserons la question du genre dans la construction de l’histoire de la danse, de la musicologie, et des études théâtrales, en portant ainsi un regard réflexif et analytique sur nos disciplines et sur l’historiographie existante. Il s’agira de montrer en quoi les études de genre servent à interroger l’histoire des arts vivants et inversement, comment l’écriture d’une histoire genrée des arts vivants nous incite à repenser l’histoire du genre elle-même.