Genre, Création & Histoire

Si depuis plusieurs décennies, en France, les différentes disciplines artistiques (littérature, histoire de l’art et cinéma, notamment) se sont considérablement ouvertes à l’histoire des femmes, aux théories féministes et aux études de genre, le dialogue transdisciplinaire entre l’histoire des arts vivants (théâtre, musique, danse) et les études de genre reste encore à établir. C’est là l’originalité et la spécificité de ce projet. C’est aussi la raison pour laquelle la périodisation, et les cadres géographiques et culturels du projet resteront larges. Nous souhaitons appuyer des initiatives de recherches, impulser des propositions, en évitant de restreindre un champ de recherche amené à s’épanouir dans des directions que les échanges viendront en partie circonscrire.

Étudier les actes de création à partir de la problématique du genre nous confronte à un certain nombre de paradoxes inhérents aux arts vivants et nous invite à répondre à certaines questions : quel rôle joue le corps genré dans l’interprétation ? Comment ce corps agit-il sur la définition de l’œuvre ? Comment gérer la complexité de la mémoire de l’événement et de sa création ? Que faire de la fugacité des œuvres, qualité vivante, éphémère, constitutive des arts vivants ? À partir de quelles traces éparses et polymorphes les reconstruire ? Dans quelle mesure les traces et les lacunes font-elles apparaître l’histoire genrée de ces arts ? Comment traiter la mémoire des créateurs et des créatrices qui encadrent leur propre patrimoine artistique dans des stratégies de censure ou d’auto-mythologie ? Ou encore, comment identifier les contextes et les groupes qui permettent l’émergence de génies singuliers ? La difficulté de nommer au féminin certaines fonctions (pour l’époque contemporaine : metteur en scène, chef d’orchestre, compositeur, etc.) ne relève-t-elle pas d’une division sexuée du travail de création qu’il convient d’interroger ? Enfin, comment la construction des identités de genre façonne et est modelée en retour par le contenu des œuvres et les techniques d’interprétation ?

Nous proposons trois axes de réflexion qui répondent au caractère éphémère des arts vivants et à la complexité temporelle de leurs traces. La première partie « Gestes et interprétation » se concentre sur le moment de l’action et de son incarnation ; la seconde « Fabrique de l’art et construction de soi » sur sa mise en discours et en normes ; la troisième « Transmission et héritages » sur son inscription dans le temps.